Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/01/2011

Trinidad, la belle endormie

voyage à cuba

(Trinidad, Cuba, décembre 2010)

voyage à cuba

Trinidad se situe dans la Vallée des Ingénios, une large bande de terre fertile cernée d'un côté par le massif de L'Escambray et de l'autre par la Mer des Caraïbes (ici au fond). 

Cette vallée, paradis de la canne à sucre, comptait au début du 19éme siècle plus de cinquante sucreries !

voyage à cuba

Trinidad, on l'aime... ou alors un peu moins.

D'aucun lui reprochent sa léthargie un peu hors du temps. C'est ce que j'ai justement adoré !

Entendons nous bien : Nous ne sommes pas là dans un "Disneyland" aménagé pour les touristes, mais dans une authentique petite ville (50 000 h) fondée en 1514. Prospère et puissante tout au long des 17ème et 18ème siècles, elle subit au milieu du 19ème un vertigineux déclin du à la chute du monopole de la culture sucrière.

Et tout ça à cause (en partie) de Napoléon !

Je m'explique : Suite à la mise en place du Blocus continental destiné à ruiner l'Angleterre, les français éprouvaient des difficultés à rapporter du sucre des Antilles. L'Empereur impulsa alors des recherches pour aboutir, dès 1811, à la mise au point (par Benjamin Delessert) de l'extraction "industrielle" du sucre de betterave. 

Cette production, qui s'étendit vite au reste de l'Europe, brisa l'expension de la canne à sucre dans de nombreuses régions d'Amérique, dont Cuba. (Pour la petite histoire, notons que la France est toujours à ce jour le premier producteur mondial de betterave sucrière, devant les Etats-Unis !)

Trinidad avait de plus fait un mauvais choix géostratégique : Sans port pour assurer le bon écoulement de ses marchandises, elle s'est vite fait surpasser par la ville de Cienfuegos (et sa baie magnifique), distante d'à peine quelques dizaines de kilomètres !

voyage à cuba

voyage à cuba

(Trinidad, Cuba, décembre 2010)

voyage à cuba

voyage à cuba

Une des quatorze croix du "chemin de croix"

voyage à cuba

voyage à cuba

voyage à cuba

voyage à cuba

voyage à cuba

La Plaza mayor

voyage à cuba

Eglise de la Sainte-Trinité, Plaza Mayor.

voyage à cuba

A gauche : L'église du couvent Saint-François-d'Assise. A droite : La Plaza Mayor, avec en second plan la tour du Musée historique.

voyage à cuba

voyage à cuba

La ville s'endormit donc, et resta loin des chemins du developpement économique.

C'est l'Unesco (en la classant en 1988) ainsi que l'évident potentiel touristique qui allaient lui redonner un nouveau souffle.

Aujourd'hui, tout est très contrôlé : Pas de voitures au centre-ville (sauf les anciennes, pour le cliché !) et pratiquement aucun panneau publicitaire ni magasin disgracieux...

De nombreuses rues sont pavées de galets d'origine et la plupart des facades sont régulièrement ripolinées ; beaucoups de moyens sont consacrés à la restauration des maisons centenaires et de nombreux musées en font foi...

Le soir venu, la ville, à peine éclairée, s'éteint doucement, bercée par de rares orchestres dont on entend la musique ici et là... 

voyage à cuba

voyage à cuba

voyage à cuba

A Gauche : L'entrée du cimetière "colonial". A droite : La mairie sur la place Céspedes

voyage à cuba

(Trinidad, Cuba, décembre 2010)

voyage à cuba

voyage à cubavoyage à cuba

voyage à cuba

voyage à cuba

voyage à cuba

voyage à cuba

voyage à cuba

voyage à cuba

voyage à cuba

voyage à cuba

Orchestre dans la rue... et à la Casa de la Trova (la trova est la chanson du "trovador", le troubadour...)

voyage à cuba

19:02 Publié dans cuba, photos, Voyage | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : voyage à cuba

29/01/2011

La fameuse fumeuse de Havane... pour touriste !

fumeuse de cigare la Havane Cuba mignot patrick.jpg

(La Havane, Cuba, décembre 2010)

01:39 Publié dans cuba, photos, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage à cuba

28/01/2011

Sancti Spiritus

01.JPG

(Cuba, décembre 2010)

02.JPG

Il n'y a pas grand chose de très spécial à dire de cette ville paisible de 140 000 habitants qui se trouve au centre de Cuba, si ce n'est une fois de plus que cette cité fait elle aussi partie des 7 premières fondées par Diego Vélasquez en 1514.

Vous allez me dire : "encore une des 7 premières" ! C'est à chaque fois la même chose !

Alors, pour remettre tout à plat, voici donc la fameuse liste des "7" : Baracoa, Santiago, Bayamo, Camagüey, Sancti Spiritus (dont je vous parle présentement), Trinidad et La Havane.

Par contre, il faut raison garder, et bien comprendre que ces "villes", fondées entre 1512 et 1515, ne comptaient seulement à l'époque que quelques centaines d'habitants. 

Pour preuve, à la fin du 16ème siècle, la population de La Havane, la plus puissante des bases espagnoles de tout le Nouveau Monde, dépassait à peine les 2000 âmes !

03.JPG

Parc Sérafin Sanchez

04.JPG

05.JPG

Magnifiques porte-fenêtres donnant sur la rue, et protégées par de délicates grilles en fer forgé.

06.JPG

07.JPG

07a.JPG

08.JPG

Eglise de l'Esprit-Saint

09.JPG

10.JPG

Un magasin d'état ... plutôt vide, comme à l'accoutumée !

11.JPG

Vendeur de manioc...

12.JPG

Je l'avoue : Ce n'est pas ici que nous avons déjeuner. Damned !

13.JPG

(Cuba, décembre 2010)

14.JPG

Sancti Spiritus a quand même son "truc" particulier : Ce pont (le Yayabo, qui enjambe le Rio Yayabo!) est le plus vieux de Cuba. Il date de 1817...

15.jpg

07:22 Publié dans cuba, photos, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0)

26/01/2011

Camagüey

01.jpg

(Cuba, décembre 2010)

02.JPG

L'église Notre-Dame de la Merced s'élève au dessus des toits du centre-ville.

03.JPG

04.JPG

Les voitures sont rares... pour notre plus grand plaisir !

05.JPG

Camagüey fait également partie des sept premiers villages fondés par Vélasquez.  Son centre ville (dont le tracé est inhabituellement sinueux) est classé au Patrimoine mondial de l'Unesco. 

06.jpg

07.JPG

08.JPG

09.JPG

10.JPG

Quand on rencontre un "vieux" ou une "vieille" un peu original, coloré, et bien sûr affublé d'un (très) gros cigare, on sait qu'il n'est évidemment là que pour la photo souvenir, ...et qu'il nous en coûtera 1 CUC (environ 1 euro) !

11.jpg

12.JPG

Place des Travailleurs

13.jpg

Et toujours ces immenses porte-fenêtres, vestiges de l'époque coloniale...

14.JPG

17a.JPG

15a.JPG

17.JPG

La place Saint-Jean-de-Dieu semble tout droit sortie du 16ème siècle : Un avant goût de la découverte de Trinidad.

18.JPG

19.jpg

20.JPG

(Cuba, décembre 2010)

06) Cuba Camaguey.jpg

06:41 Publié dans cuba, photos, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage à cuba

24/01/2011

Bayamo, berceau de la révolution (du 19ème siècle!)

01.JPG

(Cliquez sur la photo pour l'agrandir)

02.JPG

La Place Manuel de Céspedes

03.JPG

Rue piétonne "Géneral Garcia"

03a.JPG

Bayamo fut la seconde ville fondée par Diego de Vélasquez à Cuba, en 1513. 

Eloignée des côtes, mais reliée à la Mer des Caraïbes par l'un des deux fleuves navigables de l'île, elle se developpa au cours des siècles, protégée des pirates qui s'attaquaient aux ports !

A la fin du 19éme, un riche propriétaire terrien natif de Bayamo, Carlos Manuel de Céspedes, fut le premier à "libérer" tout ses esclaves avant de provoquer un soulèvement qui conduira à la première guerre d'indépendance (la Guerre des dix ans, de 1868 à 1878).

De Cèspedes est considéré par tout les cubains comme le véritable "Père" de la patrie.

C'est un autre natif de bayamo, Pedro Figueredo, qui composera en 1867 l'hymne national cubain, "La Bayamesa" : 

 

I_10.JPG

05a.JPG

Intérieur de la Cathédrale San Salvador

05.JPG

Au cours de la guerre "des dix ans" les habitants de Bayamo préfèrèrent mettre le feu à leur ville plutôt que de la rétrocéder aux espagnols. C'est pourquoi il ne reste aujourd'hui pas grand chose de ce glorieux passé, si ce n'est quelques vénérables bâtisses autour de la cathédrale de San Salvador, dont l'origine remonte au 16ème siècle...  

06.JPG

07.JPG

08.JPG

10.jpg

"Nous suivrons (poursuivrons), en créant et luttant"

09.JPG

11.jpg

12.jpg

"Jusqu'à la victoire, toujours"

Cettre phrase du Che est probablement celle que l'on retrouve le plus souvent à Cuba. Elle a même donnée une chanson "culte", interprétée ici par le Buena Vista Social Club :

 

13.jpg

19:58 Publié dans cuba, photos, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage à cuba

22/01/2011

Rando dans la Sierra Maestra

01.JPG

01a.JPG

De retour de Baracoa, nous repasserons par Santiago, avant de poursuivre notre voyage plus à l'ouest, vers le centre de l'île. Nous profiterons une dernière fois de la nature sauvage que nous offre la Sierra Maestra ("la chaîne montagneuse maîtresse, principale") en passant une nuit dans un lodge près des chutes d'El Salton. Ce sera aussi, bien évidemment, l'occasion de faire deux très jolies randonnées...

02.JPG

03.JPG

Une variété de fromager

04.JPG

05.JPG

(Cuba, décembre 2010)

07.JPG

08.JPG

09.JPG

10.JPG

Nous nous arrêterons pour déjeuner chez un paysan du coin. La cuisine, à gauche, est séparée de l'habitation principale afin de protéger cette dernière en cas d'incendie ; Les toits sont en feuilles de palmier et les fenêtres sans vitres ; à droite se trouve l'étable...

11.JPG

12.JPG

Nous aurons au menu (comme ce sera souvent le cas au cours de ce voyage!) les trois produits sans doute les plus consommés à Cuba : Le riz, les haricots noirs et le manioc. Le poulet, le "petit plus" auquel nous aurons droit en notre qualité de "touristes", n'est évidemment pas pour ces paysans un mets quotidien.

Quand au jus d'orange qui nous fut servi ce jours là, rien que du bonheur ! 

13.JPG

14.JPG

15.JPG

16.jpg

(Cuba, décembre 2010)

17.JPG

18.JPG

Les chutes d'El Salton n'étaient pas spectaculaires et l'eau décidemment un peu trop fraîche, mais rien que de très normal quand on choisit de découvrir Cuba en "hiver" et à la saison sèche ! 

10:52 Publié dans cuba, photos, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage à cuba

20/01/2011

Cacao, Coco, Café : Les 3 "C" de Baracoa

Le cacao

00.JPG

La "cabosse", le fruit du cacaoyer, pousse bien sûr sur les branches mais parfois même sur le tronc de l'arbre. Pesant jusquà 400gr, elle est considéree comme mûre quand elle passe du rose-rouge au jaune-orange.

01.JPG

04.JPG

(Cuba, décembre 2010)

05.JPG

Chaque cabosse contient des dizaines de fèves entourée d'une pulpe appelée "mucilage".

06.JPG

08.JPG

Plusieurs stades de fermentation permettent de débarasser les fèves de ce mucilage et développer les précurseurs d’ arôme.  

09.JPG

Après séchage, les fèves partent en chocolaterie où commence alors un long et délicat process : La torréfaction (sans laquelle les fèves n'auraient aucun goût), le broyage, la transformation en pâte, la séparation du beurre de cacao, l'ajout de sucre, le brassage, etc...

09a.JPG

La noix de Coco

10.JPG

11.JPG

(Cuba, décembre 2010)

13.JPG

Tout est bon dans... la noix de coco : L'eau pour se désaltérer, la chair à consommer, le lait (obtenu par pressurage de la chair fraîche râpée), la chair encore pour faire de l'huile, ou les coques pour obtenir du charbon actif.

Il y a bien sûr aussi la fibre de coco et ses multiples usages ! 

14.JPG

Dans la région de Baracoa, la noix de coco est généralement transformée en huile et en charbon actif.

Pour ce faire, on dépose les noix coupées en deux dans la partie supérieure d'un séchoir comme celui-ci.

Puis, dans la partie inférieure, des coques sont mises à brûler afin de dégager suffisamment de chaleur pour détacher la chair des coques des noix qui se trouvent à l'étage.

15.jpg

De cette chair une fois séchée (qu'on appelle le coprah) on obtiendra l'huile de coco (pour la cuisine ou la cosmétique), alors que les coques prendront le chemin d'une autre usine pour être transformées en charbon actif.

16.JPG

17.JPG

Le coprah

18.JPG

 Une usine de "carbon activado"

18a.JPG

Une fois tombée au sol, les noix peuvent germer grâce à leur propre réserve d'eau douce...

18b.jpg

Une spécialité de la région, le cucurucho : Un mélange de noix de coco râpée, de fruits et de sucre, enveloppé dans une feuille de bananier.

Le café

.23.jpg

(Cuba, décembre 2010)

24.JPG

25.JPG

Chaque "cerise" du caféier contient deux graines (ou fèves) qui vont devenir après une transformation assez complexe de délicieux grains de café...

L'étape primordiale reste évidemment, comme pour le cacao, la torréfaction.

Primordiale et indispensable, car sans les réactions chimiques qu'elle provoque, ces grains, qui n'ont absolument aucun gôut au départ, ne pourraient pas developper leurs merveilleux arômes !

26.JPG

27.JPG

28.JPG

Dans les petites exploitations, on libère généralement les fèves par un séchage au soleil.

28a.JPG

29.JPG

Le paysan torréfie lui même les grains pour sa consommation personnelle, et pas toujours avec des méthodes douces : Il en résulte des grains très foncés (voir noirs) qui donne un café beaucoup plus fort au goût que ce à quoi nous sommes habitués !

30.jpg

Un moulin archaique...

31.jpg

... et une cafetière sommaire !

32.JPG

Pour me remettre de tant d'explications...

33.jpg

... rien de tel qu'une "eau" de coco toute fraîche !

07:28 Publié dans cuba, photos, Voyage | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : voyage à cuba

17/01/2011

Autour de Baracoa...

01.jpg

Le Yunque (l'enclume), du haut de ses 575m, surplombe la baie de Baracoa

02.JPG

(cuba, décembre 2010)

03.JPG

Un superbe régime de banane et l'impressionnante fleur du bananier

Le bananier, contrairement à ce que l'on pourrait penser, n'est pas originaire d'Amérique. Pas plus d'ailleurs que la canne à sucre : Ces deux espèces asiatiques ont été importées par les colons, tout comme le café (dont l'origine est Ethiopienne).

La noix de coco nous vient aussi d'Asie, mais elle s'est probablement disséminée seule à travers le globe (en effet, une noix peut encore germer après avoir passée une centaine de jours en mer !)

En fin de compte, seul le cacaoyer est un pur produit local, ... et qui, lui, à fait le chemin inverse jusqu'en Afrique ! 

04.jpg

Ou comment transporté un cochon vivant...

04a.JPG

Bananiers, papyrus ... et calebasses

05.JPG 

Autour de Baracoa, c'est une nature exubérante et généreuse qui s'étend à perte de vue (la ville la plus proche, Moa est à 70km de route défoncée de là !) 

Baracoa, aussi appelée la ville des trois "C" (cacao, coco, café), est donc le point de départ idéal pour de longues balade en fôret ou au bord de la mer.

Le Yunque (l'enclume), cette montagne tabulaire qui domine la ville est l'une des destinations de choix et également la porte vers l'impressionnant (700km²) Parc national Alejandro de Humbolt, inscrit depuis 2001 au Patrimoine mondial de l'humanité...

Notre séjour dans cette région plutôt humide sera l'occasion de rencontrer de nombreux paysans et parfaire nos connaissances sur les fameux trois "C". 

06.JPG

07.JPG

Nous avons pris le café chez ce paysan qui s'est fait un plaisir de nous montrer quelques instruments traditionnels du Nengón et du Kiribá, les ancêtres du Son cubain.

08.JPG

10.JPG

11.JPG

12.JPG

(Cuba, décembre 2010)

13.JPG

14.JPG

Même les maisons les plus modestes ont leur petite véranda, où trônent bien souvent une paire de rocking chair.

00.JPG

15.JPG

(Cuba, décembre 2010)

16.JPG

17.JPG

Papa cherche des crustacés à mains nues pendant que le fiston nous fait la causette...

18.JPG

19.JPG

20.jpg

Une mère et ses trois petits cochons, en totale liberté comme tous leurs congénères...

21.JPG

22.JPG

Vite , à l'eau !

23.JPG

24.JPG

25.JPG

(clicquez sur l'image pour l'agrandir)

19:42 Publié dans cuba, photos, Voyage | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : voyage à cuba

15/01/2011

Baracoa

01.JPG

02.jpg

(Cuba, décembre 2010)

03.JPG

03a.JPG

La côte à l'Est de Santiago offre un étrange paysage, plutôt aride, qu'apprécient particulièrement les cactées !

04.JPG

06.JPG

09.JPG

9a.JPG

Le malecón de Baracoa

10.JPG

Baracoa est définitivement une ville à part !

D'abord par son histoire : C'est fort probablement ici que débarqua Christophe Colomb pour la première fois en 1492. C'est également de Baracoa que Diego Velasquez, en 1511, entama sa conquête de l'île. Baracoa fut donc à la fois le cadre de la première implantation espagnole, la première ville de Cuba mais aussi sa première capitale (vite remplacée il est vrai deux ans plus tard par Santiago, dont la baie accueillante et le désenclavement offraient de meilleurs "perspectives" aux conquistadors ; il est l'Or, Monseignor !)

Puis, par un étrange destin, elle passa alors (à la vitesse grand V) du statut de capitale...... à celui de ville (presque) oubliée : En effet, durant 450 ans, seul son port la relia au reste de l'île et au monde !

Ce n'est qu'au début des années 60 que la décision fut enfin prise de construire une route reliant Baracoa à la côte sud et Santiago ; 50km de virages et de ponts arrachés à la montagne !

C'est fort probablement ce très long isolement qui donne à la petite cité son charme un peu surrané. C'est ce même isolement qui l'a (un peu) protégée de l'extermination totale de sa population indigéne (les Taïnos) dont quelques habitants de Baracao sont aujourd'hui les descendants...    

11.JPG

12.JPG

13.JPG

(Cuba, décembre 2010)

14.JPG

15.JPG

16.JPG

L'Hôtel de Ville

17.JPG

17a.JPG

17b.JPG

Christophe Colomb

18.JPG

La Cathédrale Notre-Dame de l'Assomption est en totale rénovation.

La fameuse "Cruz de la Parra" plantée par Christophe Colomb à son arrivée sur l'île en 1492 est donc momentanément "entreposée" dans le presbytère, de l'autre côté de la rue...

19.JPG

20.JPG

(Cuba, décembre 2010)

22.JPG

"Ensemble avec Fidel et Raúl, plus unis et vigilants" 

23.JPG

23a.JPG

"Unión de Jóvenes Comunistas" ... Etudes, travail, fusil ! 

Ce sigle, que l'on rencontre un peu partout, date de 1962. Ce n'est en 1967 que la figure d’Ernesto Guevara est venue s’ajouter aux côtés de celles de Julio Antonio Mella et Camilo Cienfuegos.

24.JPG

25.JPG

26.JPG

(Cuba, décembre 2010)

27.JPG

28.JPG

Le (tout) petit port de pêche de Baracoa

29.jpg

Depuis la baie on découvre, sous les nuages et derrière la carcasse rouillée d'un navire abandonné, la silhouette du "Yunque" (l'enclume), une montagne tabulaire que cite Christophe Colomb dans ses Chroniques, ... et que nous découvrirons dans le prochain post.

03) Cuba Baracoa.jpg

06:46 Publié dans cuba, photos, Voyage | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : voyage à cuba

11/01/2011

Guantanamo

01.JPG

02.JPG

(Cuba, décembre 2010)

03.JPG

04.JPG

"Si, vous le pouvez", cela ne vous rappelle pas un certain "Yes, we can" ?

Au jeu de "ma trombinette partout", ce ne sont pas nécessairement les Castro qui sont gagnants. Pour les "images", c'est Che Gevara le grand vainqueur et pour les sculptures, l'immanquable Jose Marti...

En revanche, pour les "maximes" inscrites un peu partout en ville et sur le bord des routes, Fidel n'est assurément pas le dernier.

05.JPG

06.JPG

La Franc-maçonnerie est présente à Cuba depuis 1859, et d'une façon très "lisible"

07.JPG

Un délicieux mélange de manioc et de patate douce frit

08.JPG

09.JPG

J'espère que vous n'êtes pas trop déçus ! 

Guantanamo ne restera en effet (pour le voyageur que je suis), qu'une ville paisible de l'est cubain : De la base militaire (et de son innommable géôle), nous ne verrons rien, bien qu'elle ne se trouve qu'à 15 km de là ; aucune chance d'en apercevoir le bout d'un navire : le block-out est total !

Cette petite ville de province de 200 000 habitants, calme et paisible est avant tout pour le touriste un petit arrêt sur le chemin qui mène à Baracoa, un peu plus au nord...

10.JPG

11.JPG

12.JPG

13.JPG

14.JPG

15.JPG

C'était le festival à Guantanamo cette semaine là...

16.JPG

17.JPG

(Cuba, décembre 2010)

18.JPG

La Catedral Catalina au milieu de la place (le parque) Jose Marti

19.JPG

20.JPG

"Il n'y a pas de de satisfaction ni de prix plus grand que de s'acquitter de son devoir"

02) Cuba Guantanamo.GIF

(Le petit carré rouge indique la Baie de Guantanamo, "possession" américaine depuis 1902 !) 

21:20 Publié dans cuba, photos, Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voyage à cuba