Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/08/2009

Le Coricancha (ou Temple du Soleil de Cuzco)

Mon "expédition" au Machu Picchu (et surtout une trop courte nuit) m'avait un peu éreinté ; Je consacrais donc ma journée du lendemain à la visite de Cuzco.

D'abord quelques églises (j'avais déjà visité la Cathédrale, à ne manquer sous aucun prétexte !) puis différents petits musées sympatiques (bon point pour le musée d'Art précolombien)...

J'étais un peu déçu, je l'avoue, de ne pas trouver ici un grand musée à la hauteur du passé de l'ancienne capitale : Il faudra pour cela attendre d'être à Lima. 

Deux surprises m'attendaient pourtant :

La première, c'est le Musée d'Art religieux qui présente ses belles collections dans un ancien palais colonial, bâti sur une structure inca (au dessus du mur où se trouve la pierre à 12 angles ).

La seconde, et pour moi de loin la plus impressionnante, c'est le Coricancha.

01.jpg
Vestiges (en gris foncé) de l'enceinte inca au dessus des terasses ; Au sommet, l'extremité sud de l'Eglise Santo Domingo
02.jpg
Côté Est de l'Eglise Santo Domingo, construite sur le Coricancha
02a.jpg

Le Coricancha n'était rien de moins que le lieu le plus sacré de tout l'Empire ! ; Le seul et unique Temple du Soleil (tout les autres, ici et là, comme par exemple au Machu Picchu, n'étant en quelque sorte que des "annexes" du Temple principal).

C'est dans le Coricancha qu'avaient lieu les sacres, les mariages et les funérailles de l'Inca. C'est là qu'étaient conservées les momies royales, assises sur des trônes en or. Dans le Temple, dédié principalement à l'Inti (la divinité du soleil), on adorait également d'autres "idoles" : Viracocha, la Lune, le Tonnerre ou l'Arc-en-ciel... C'est dans le Coricancha enfin qu'avait lieu, en partie, la célébration de la Fête du Soleil, en présence de l'empereur.

Coriancha signifiant "enceinte (ou cercle, enclos) de l'or (ou doré)", de nombreux ouvrages (dont le Routard 2009/2010) le réduisent uniquement à un "endroit qui était un vaste dépôt d'or"(dixit le Routard, page 174), lui ôtant par là même son importance et sa symbolique infiniment plus primordiales.

Même si l'endroit regorgeait de trésors inouïs qui continuent d'enflammer l'imagination, cela restait avant tout "LE" Temple, le centre cosmogonique de toute une civilisation !

Les conquistadors le pillèrent consciencieusement dès leur arrivée et décidèrent de construire en lieu et place l'Eglise et le Couvent Santo Domingo. Les pierres d'origine servirent à la construction des nouveaux édifices, mais miraculeusement, une partie de l'enceinte inca ainsi que quatre bâtiments furent, pour des raisons inconnues, épargnés !

01a.jpg
Reconstitution du Coricancha (maquette du musée de Lima, 28 juin 2009)
Point jaune : Partie de la muraille qui a été conservé (et que l'on voit sur la première photo)
Points rouges : Les quatre structures incas encore visibles aujourd'hui de part et d'autre du cloître actuel (voir ci-dessous)
L'Egise Santo Domingo a , elle, été construite sur l'emplacement des deux bâtiments que l'on trouve à gauche des points rouges...
-

C'est du haut de ce morceau de muraille, visible depuis l'Avenuda El Sol, qu'apparaîtra demain l'Inca pour donner le départ de L'Inti Raymi, la Fête du Soleil...

A l'intérieur, c'est encore plus surprenant : Le cloitre ayant été positionné au beau milieu des constructions incaïques existantes, de curieux mélanges architecturaux ont vu le jour, comme ces arches (inconnues des incas) qui viennent s'adosser aux murs typiquement précolombiens !

04.jpg
Le cloître du couvent.
Au fond des "wiphala", drapeaux des communautés andines
Celui de gauche est généralement associé à l'Empire Inca, celui de droite au peuple Aymara (l'aymara qui était la langue des incas...)
On retrouve ces drapeaux (et leur variantes) de l'Equateur au Chili
05.jpg
06 coricancha.jpg
Construction inca, reconnaissable à la perfection de la taille des pierres, ainsi qu'aux portes trapézoïdales
08 coricancha.jpg
Arches hispaniques et mur inca
07 coricancha.jpg
Un des quatre bâtiments incas (dont personne ne connaît l'usage qui en était fait) ; Derrière, les arcades du cloître
DSC_6717.jpg
Reconstitution (assez libre) d'une des salles du Coricancha juste avant son pillage
(Musée à Lima, 28 juin 2009)
09 coricancha.jpg

Le Temple était le palais le plus richement orné de son époque. Les chroniqueurs espagnols parlent de richesses fabuleuses : Des murs recouverts de 700 feuilles d'or de 2kg chacune ; des corniches, d'or encore ; des encadrements de porte en métal précieux ornés de pierres toutes aussi précieuses ; des idoles d'or et d'argent, et même un jardin ou les arbres, les fleurs et les animaux étaient fait du même noble métal. L'Inca y plantait chaque printemps des épis de maïs en or afin de favoriser les récoltes !

Il probable que le Coricancha recèlait également des dons fait au Idoles ou à l'Inca, ainsi que divers tributs (prises de guerre, etc...)...

On ne connaîtra jamais vraiment l'étendue de ces richesses qui, une fois fondues, participèrent à propulser la Couronne d'Espagne au faîte de sa puissance...

10 coricancha.jpg
(Coricancha, Couvent Santo domingo, 23 juin 2009)

05/08/2009

Le Machu Picchu

 

DSC_5031bbb.jpg(clicquez sur la photo pour l'agrandir)

J'en avais si souvent rêvé, ... je le découvrais enfin !

A défaut d'avoir choisi la voie royale (le trek du Chemin de l'Inca), je tenais tout de même à "peiner "un tout  petit peu pour l'atteindre, comme si je devais le mériter !

C'est pour cette raison que je m'étais levé ce matin là à 3h30. C'était peut être un brin trop tôt, mais je désirais absolument arriver parmi les premiers devant l'entrée du site pour l'ouverture des portes (à 6h...).

Armé d'un petit sac à dos et d'une lampe frontale, je sortais du village (Aguas Calientes) en longeant le torrent. Il faisait nuit noire. Je commençais mon ascension en croisant quelques chiens errants (et un peu faméliques), ce qui n'était pas fait pour me rassurer. Mais quelle idée de partir seul ?

Après plus d'une 1h30 d'ascension, j'atteignais les portes du Machu Picchu, précédé seulement par une petite dizaine de jeunes marcheurs qui m'avaient doublé sur la fin de la montée !!!

05.jpg
06 machu picchu.jpg
07 machu picchu.jpg
(22 juin 2009)
08 machu picchu.jpg
09 machu picchu.jpg
10 machu picchu.jpg
On voit aisément sur cette photo les portes et les fenêtres trapézoïdale, typique des constructions incas.
11 machu picchu.jpg
15.jpg
Les assemblages de pierres surprennent toujours, mais j'avoue que ce "demi-escalier" m'a laissé coi ! D'aucun aurait totalement taillé dans le rocher pour y inclure l'escalier. Mais non !, on cherche là à respecter l'existant...
16.jpg
17.jpg
19 machu picchu.jpg
20.jpg
Le temple des "Trois-Fenêtres" : La seule construction vraiment "cyclopéenne"du site ! Les ouvertures sont taillés d'une manière parfaite dans d'énormes blocs...
21.jpg
21a.jpg

Malgré l'étendue du site, j'avais décidé de ne pas prendre de guide. D'une part pour ne pas à avoir à courir derrière lui (j'avais tout le temps), et d'autre part parce qu'il me semblait avoir déjà fait depuis des lustres le tour du propriétaire !

Je ne tenais pas vraiment non plus à entendre quelques nouvelles anecdotes ou théories oiseuses...

Car il faut bien l'avouer, si on commence à bien comprendre la vie au quotidien dans la cité, nul n'a pu déterminer de façon définitive l'utilité même de cette dernière. L'idée d'un ouvrage militaire ne tenant pas la route, les archéologues lui attribuent généralement deux fonctions : Résidence de l'Empereur, doublée d'un sanctuaire religieux... 

Peuplée de 300 à 1200 habitants selon les estimations, elle à tout d'un grand village. Ses 172 constructions (lieux de culte, habitations, réserves,..) sont répartis selon un schéma bien précis : Zone sacrée, quartier des notables, des artisans, des agriculteurs, etc... C'est souvent la qualité de la construction qui nous renseigne sur son usage.

22 machu picchu.jpg
Le Torreon (ou Temple du Soleil) semble être juste posé sur l'énorme rocher ; Au dessous se trouve le "tombeau royal".
La fenêtre du temple, orientée plein Est et sûrement ornée à l'époque d'or et d'argent, laissait passer le premier rayon de soleil du solstice d'hiver...
 24 machu picchu.jpg
Sous la tour, on trouve comme une sorte de caverne. On reste sans voix devant cet ensemble où se mêle à la fois la pierre naturelle brute, la roche taillée dans la masse et une maçonnerie presque irréelle !
25 machu picchu.jpg
26 machu picchu.jpg
27 machu picchu.jpg
(22 juin 2009)
28.jpg

Le Machu Picchu possède également de nombreuses esplanades et 16 fontaines, sans oublier les fameuses terrasses qui sont indissociables à la magie des lieux.

Et quelle magie !!!

Bien quelle ne soit pas la seule "cité perdue" (Choquequirao n'est qu'à 70km ! ), le Machu Picchu n'a cessé, depuis sa (re) découverte en 1911, de fasciner. Peut-être parce qu'il concentre à lui seul toute la grandeur et les mystères de la civilisation Inca.

Citadelle secrète et inexpugnable, bâtie sur une crête qui surplombe (à 700m) la rivière Urubamba, "la vieille montagne" est comme un joyau au centre d'un écrin de sommets encore plus hauts. En parcourant le site, on fini vite par oublier les grandes difficultés auxquelles ont du faire face les bâtisseurs, tellement on est impressionné par l'harmonie générale qui s'en dégage. Un peu comme si la ville avait été délicatement posée là, et le piton rocheux traité non comme un ennemi qu'il fallait vaincre, mais comme une entité respectueuse avec laquelle il fallait composer...

On retrouve cette vénération de la nature dans la zone sacrée, dédié à Inti, le Dieu Solaire : Plusieurs temples dont le Torreon ("Temple du Soleil "ou "tombeau royal")  précèdent l'Intiwatana (à la fois observatoire et calendrier solaire) qui domine la cité (dont d'ailleurs toutes les constructions sont orientées plein Est !).

28a.jpg
 06a machu picchu intiwatana.jpg
Le fameux observatoire et calendrier solaire : L'Intiwatana (ou Intihuatana). Son nom signifie "le lieu ou l'on attache le soleil" ou "qui accroche le soleil...
Adolescent, j'ai longtemps pensé que cette mystérieuse pierre taillée (à l'aspect si "moderne") devait être une sorte d'autel sacrificiel...
28b.jpg
On devine sur cette petite roche (située près de l'intiwatana) les mêmes formes que les montagnes situeés au loin ! 
29.jpg
Tout bon marcheur désire gravir le Wayna Picchu, la montagne en forme de pain de sucre qui surplombe le site.
Il faut une petite heure de grimpette parfois ardue pour découvrir une vue magnifique de la cité, 300 métres plus bas !
36.jpg
39 machu picchu.jpg
On apperçoit la piste en lacet empruntée par les bus pour accéder au site. Encore plus haut, on devine le "chemin de l'inca" qui part du haut des ruines et rejoint la crête de la montagne...
39a.jpg
37.jpg
Les escaliers sont parfois abruptes et étroits, et donc passablement dangereux sous la pluie !
40 machu picchu.jpg
La rivière Urubamba coule au fond de la vallée, près de 1000 mètres plus bas !
41 machu picchu.jpg
La cité ressemble étrangement, vue d'en haut, à un volatile. On pense évidemment tout de suite au Condor !
Certains prétendent même que la ville (si on la regarde depuis les sommets opposés) a la forme d'un puma dont l'estomac serait la carrière et l'anus l'entrée de la cité (voir ICI) !!! Les mystères du Machu Picchu ont encore de beaux jours...
42.jpg
Comme souvent en milieu de journée, les nuages, qui ont réussis à passer au dessus des montagnes alentours, viennent se déverser sur le site. C'est le signe pour moi du retour, mais cette fois ci en bus !!!
43.jpg
Un visa de plus ! Je sais, c'est pas glorieux (ni même peut-être autorisé), mais je me suis laissé tenté :)

02/08/2009

En route pour le Machu Picchu (Cuzco-Ollantaytambo-Aguas Calientes)

03.jpg
Les terrasses Inca d'Ollantaytambo
02.jpg
(Ollantaytambo, 21 juin 2009)
04.jpg
Comme souvent au Pérou, 2 taureaux en terre cuite trônent sur le faîte des maisons. Accompagnés d'une croix et de divers autres colifichets (une bouteille de vin sur la photo ci-dessus ! ), ils sont les garants du bonheur de toute la maisonnée... 
 
DSC_4684b.jpg

Il en coûte de se rendre au Machu Picchu !

Financièrement et (ou) physiquement (pour ceux qui choisissent la version trek de 4 jours sur le Chemin de l'Inca !).

Les prix atteignent en effet ici des sommets (c'est le cas de le dire !) :

- De 300 à 400 euros minimum (tout compris) pour l'Inca trail (4 jours/3 nuits, sous tente) tout compris depuis Cuzco...

- Pour ceux qui viennent par le seul autre moyen, le rail (monopolisé par Perurail), les prix vont de 45 euros (version chip, aller/retour depuis Ollantaytambo) à 450 euros (version Orient Express depuis Cuzco !!!) 

- En plus de l'hébergement à Aguas Calientes, il faudra encore débourser 4 euros pour se rendre en bus jusqu'aux ruines (à 6 km du village, alors que je n'ai payé que 3,50 euros pour faire les 76 km de Cuzco à Ollantaytambo !), et pour finir les 30 euros pour entrer sur le site...

- Mieux vaut aussi ne pas avoir trop soif : La bouteille d'eau de 50 cl se retrouve ici à 2 euros, contre 70 cents les deux litres  six kilomètres plus bas !!!

Enfin, le seul hôtel qui se trouve sur le site, le Sanctuary Lodge, propose des prix qui démarent modestement à ... 722 euros !!!

Tout ça ressemble fort à du racket organisé,  et avec ses 800 à 1500 visiteurs/jours, la "Vieille montagne" reste assurément une prodigieuse poule aux oeufs d'or...

05.jpg
(21 juin 2009)
06.jpg
07.jpg
 
Après moins de 2 heures d'un magnifique parcours à travers des vallées encaissées, le train arrive à Aguas Calientes (du nom des sources chaudes qu'on trouve à proximité).
Le Village sans goût et sans âme, que les autorités tentent de renommer, sans succès, "Machu Picchu Pueblo" (pour faire plus fun !), semble sortir d'un mauvais western, avec sa voie ferrée qui le traverse de part en part et fait office de rue principale...
 
09.jpg
(Aguas Calientes, 21 juin 2009)
10.jpg
11.jpg
(Aguas Calientes, 21 juin 2009)

31/07/2009

Quid du "cuy" cuit, le fameux cochon d'Andes ?

Ames trop sensibles, s'abstenir !

Après avoir dégusté le délicieux ceviche (prononcer "cébiché"), la specialité de poisson cru mariné dans du citron vert et du piment rouge, m'être délecté des truites rosées du Lac Titicaca et goûté l'excellente viande d'alpaga sous toutes ses formes, il me restait encore à tester le cuy.

Et oui ! Au Pérou, et cela depuis des siècles, on mange le cobaye.

cuy.jpg
(Cuy frit, Cuzco, 20 juin 2009)

En fait, ce dernier, que l'on dénomme également "cochon d'inde" par chez nous (cuy, c'est pour l'Amérique du Sud) est originaire des Andes. Ce sont les Incas qui les premiers domestiquèrent son ancêtre sauvage, puis des Hollandais qui, semble t'il, se chargèrent de lui faire traverser l'Atlantique (vers 1670).

Si nous l'appelons cochon d'inde, c'est en quelque sorte en souvenir de la grosse bourde du sieur Colomb (qui sur son lit de mort, 15 ans après sa découverte, était toujours persuadé d'avoir découvert les Indes !). C'est plus judicieusement "cochon des mers" dans de nombreux pays d'Europe du Nord et de l'Est (Suède, Allemagne, Pologne,...) 

Tout au long des siècles, le cuy a conservé une place particulière chez les peuples andins. Parfois animal de sacrifice, il a toujours été un mets de choix, et donc de fête : Pas un mariage n'est réussi au Pérou ou en Bolivie sans sa présence sur le buffet !

Pour la petite histoire, je vous renvoie à cette peinture (du 16ème) de la cathédrale de Cuzco, qui représente la Cène (et au passage un bel exemple de syncrétisme religieux) : Sur la table, en face du Christ, un plat un seul ... avec un cuy rôti qui trône les pattes en l'air !

Résultat de la dégustation : Bof ! Un peu sec à mon goût, chair un peu chiche et peau un brin élastique... 

poterie inca cuy.jpg
(Musée d'anthropologie, d'archéologie et d'Histoire de Lima, 28 juin 2009)-

PS 1 : Nous avons nous aussi mangé du cobaye en Europe (et donc en France) jusqu'à la seconde moitié du XXème siècle

PS 2 : Dans certaines régions de France (comme le Marais Poitevin) et de Belgique, des amateurs se délectent encore aujourd'hui de ragondin, un autre rongeur, cousin du castor... (castor que j'ai une fois goûté à la fin des années 70 : mon père l'avait rapporté de Rungis !)

PS 3 : On trouve maintenant en France une nouvelle espèce de gros cochon d'inde (animal de compagnie de 3 à 4kg) qu'on appelle... cuy !

30/07/2009

Sacsayhuamàn

 
01.jpg
(Alpaga à Sacsayhuaman, 20 juin 2009)
 

4a sacsayhuaman.jpg"Le Net m'a tuer !"

C'est ce que je pourrais tracer en lettres d'or (et non de sang, faut tout de même pas exagérer !) ou graver dans le marbre, après plusieurs jours passés à fouiller des centaines de sites explicitant le pourquoi et le comment des ruines de Sacsayhuaman...

Naturellement méfiant quant à toutes les affirmations définitives du Net, j'ai été cette fois-ci définitivement scotché !

Si un seul mot devait définir mon profond désarroi à l'issue de ces recherches, je choisirais probablement "vacuité" : L'état de ce qui est vide...

S'il je pouvais en choisir plusieurs, je n'aurais que l'embarras du choix : Plagiat, redondance, resucée, lieu commun, etc...

Une des raisons de mon désappointement tient surtout au fait que certaines affirmations (comme par exemple le nom des trois architectes successifs, les 30000 hommes sur le chantier et les 60 années nécessaire pour mener à bien ce dernier) sont à chaque fois reprises dans la même forme, et avec les mêmes mots... On se retrouve très vite dans le douteux royaume du copié/collé, dont certains bloggeurs usent et abusent sans vergogne.

A la fin de quoi on finit par douter de tout ce que l'on découvre au fil des pages... 

01a sacsayhuaman.jpg
Sacsayhuaman, avec au premier plan les 3 murailles ; Au fond, dans la vallée : Cuzco
-

Il faut bien sûr aussi compter avec certains guides d'opérettes, qui rêvent tout haut (et ont parfois le bon mot pour faire sourire ; l'anecdocte croustillante qui fait oublier le pénible escalier) mais dont les touristes boivent naïvement les paroles avant d'ingénument les colporter. 

02 sacsayhuaman.jpg
Mètre-étalon d'un jour, juste pour vous donner une idée de la taille des pierres !
03 sacsayhuaman.jpg

Les seules informations indiscutables concernant Sacsayhuaman restent sa position géographique (le site surplombe la ville de Cuzco, à environ 2km au nord-nord-ouest de la Plaza de Armas), la réalité des ruines que l'on peut y admirer (à commencer par les 3 murailles cyclopéennes construites en dent de scie) et le fait que l'ensemble ait été construit par les Incas.

On ne peut non plus douter que le lieu fut le théâtre, en 1536, d'une féroce bataille : Elle opposa les conquistadors (installés à Cuzco) à Manco Capac, qui tenta vainement à cette occasion de renverser les assiégés et reprendre sa ville. 

05 sacsayhuaman.jpg
Les murailles ont des angles parfaitement arrondis
 
-
 
Pour le reste, il faudra trier dans tout le salmigondis disponible sur la toile.
 

- quant au "mensurations" du site, les murailles font, selon les sources, entre 300 et 600 mètres de longueur (il semble que le premier chiffre soit le plus raisonnable)

 

- quant aux quelques pierres les plus imposantes, les poids varient selon les uns ou les autres de 125 à 350 tonnes : On n'est pas à 200 tonnes près pour le même gros caillou !

 

- quant à la signification du mot "Sacsayhuaman", on frise l'hallucination : J'ai trouvé pêle-mêle des "lieu ou repose le puma", "dent de puma", "tête grise ou décoiffée", "faucon satisfait" ou "faucon de marbre", et même un "crinière du lama" !!! (no comment)

 

- quant à l'affirmation que le ville de Cuzco avait une forme de puma, dont Sacsayhuaman serait la tête et les fameuses murailles les dents acérées du félin, je n'ai trouvé ni source fiable, ni l'ébauche d'un croquis pour la conforter. J'ajouterais d'ailleurs que certains, encore plus savant, voient en Coricancha (l'ancien temple du soleil de Cuzco transformé en monastère par les espagnols) les "partie génitales" de la bête !

 

- quant, pour finir, à l'utilité même du site, certains ne retiennent toujours que son côté défensif (forteresse) quand d'autres lui accordent une dimension un peu plus spirituelle.  En effet, il semble peu probable que les incas aient passé des dizaines d'années à construire un mur si beau et si parfait pour ne protéger qu'une infime partie de leur capitale ! 

 

Ce ne sont là que quelques exemples, mais ils donnent le ton.

 

06 sacsayhuaman.jpg
Vue depuis la seconde terrasse
DSC_4638b.jpg
On voit bien ici les murailles en dents de scie...
07 sacsayhuaman.jpg
En ce 20 juin avaient lieu les répétitions pour la Fête du soleil du 24, au milieu de tribunes montées pour l'occasion
-

04 sacsayhuaman.jpgMalgré ce constat un peu désabusé, il faut néanmoins resté confiant. Des dizaines de fouilles ont lieu sur le site (et tout autour, sur des centaines d'hectares) et les archéologues sont en train de patiemment reconstituer cet incroyable puzzle. 

Je suis d'autre part persuadé que de nombreux textes, écrits par quelques conquistadors moins vénaux que d'autres, croupissent encore dans les bibliothèques du vieux continent, et réapparaîtront un de ces jours. 

Il faut juste un peu de temps...

Sacsayhuaman (que des centaines d'internautes top-fun conseillent au passage de prononcer "sexy woman" : Tant que le ridicule ne tue pas !!!) est néanmoins un lieu vraiment extraordinaire, à la fois par son gigantisme, mais aussi par le mystère qui s'en dégage.

Il surpasse, et de loin, le Macchu Picchu, quant à son rôle unique : Site cultuel majeur de Cuzco, il était probablement le coeur même de l'Empire, le réel centre cosmogonique de la civilisation Inca.

Il fut dépecé au fil des siècles par les conquistadors afin de bâtir la nouvelle Cusco, et on ne peut que se réjouir aujourd'hui, qu'un peu à l'instar des Pyramides, ces merveilleuses structures cyclopéennes n'aient dû leur survivance qu'aux géniales techniques (encore inconnues) qui présidèrent à leur érection...

08 sacsayhuaman.jpg
De l'autre côté de l'esplananade, faisant face au murailles, une colline rocheuse. A de nombreux, endroit, les incas ont taillé dans la masse pour des raisons qui nous sont en grande partie inconnues...
09 sacsayhuaman.jpg
Un des pans de la colline est fait de roche lisse, comme si on avait étiré la matière !
Les touristes improvisent rapidement un toboggan...
10 sacsayhuaman.jpg
11 sacsayhuaman.jpg
(Alpaga à Sacsayhuaman, 20 juin 2009)
-
-
(Mea culpa)
 
J'ai ajouté la photo ci-desous 20 jours après avoir écrit ce post.
J'ai fait personnellement le tracé sur Google Earth,
après avoir trouvé de nouvelles informations sur le Net.
Cela tenterait à prouver que, contrairement à ce que j'avance plus haut,
la ville de Cuzco avait peut-être à l'origine la forme d'un puma.
Le "dessin" n'aurait pas vraiment de sens vu de Sacsayhuaman,
mais peut-être un peu plus depuis les collines au sud-est.
 
Je vous laisse seuls juges...
-
 
puma de cuzco.jpg

28/07/2009

Jours de Fêtes à Cuzco

01.jpg

Le calendrier Inca (comme beaucoup d'autres !) était principalement ponctué par les 2 solstices et les 2 équinoxes, le point d'orgue étant le jour le plus long de l'année, en l'occurence le solstice d'hiver (dans l'hémisphère sud).

C'est à l'occasion de ce solstice qu'étaient organisées, autour du 21 juin, les plus importantes manifestations de l'Empire, dont l'incontournable Inti Raymi : La Fête du Soleil..

Les Espagnols, trouvant ces célébrations un brin païenne (le mot est faible !) mais ne pouvant difficilement se résoudre à les abolir, déplacérent d'un coup d'un seul le fameux solstice trois jours plus tard, le 24 juin, afin qu'il coincide avec la Fête de la Saint-Jean, décidément plus présentable !

Quand dans les années 40 (du siècle dernier), les péruviens remirent l'Inti Raymi au goût du jour, ils conservèrent évidemment cette date.

02.jpg
02a.jpg
02b.jpg
02e.jpg
2d.jpg
02f.jpg
03.jpg
06.jpg
07.jpg
08.jpg

C'est à Cuzco (capitale historique oblige) que les différentes manifestations, étalées sur plusieurs jours, sont les plus hautes en couleur. N'étant pas au fait d'un calendrier précis, le touriste moyen (moi, quoi !) découvre chacune d'entre elles un peu au hasard, souvent prévenu par le rythme entêtant des fanfares qui sillonnent la ville. C'est bien sûr la Plaza de Armas qui reste, comme à l'époque inca, le centre des festivités.

Pendant plusieurs jours, matin midi ou soir, c'est là que va défiler le "tout cuzco" : Tour à tour les écoles (des plus petits au plus grands), les associations, les municipalités, les provinces, les entreprises (publiques ou privées), etc.., chacun avec sa formation musicale, ses costumes, sa chorégraphie, ... et parfois même des chars !

10.jpg
11.jpg
12a.jpg
12b.jpg
12.jpg

J'aurais la chance d'être présent le 20 juin au feu d'artifice, suivi d'un grand concert populaire (très arrosé !), mais pas les deux jours suivant, pour cause d'ascension du Machu Picchu !

13.jpg 
14.jpg
22.jpg
La jeunesse bouscule parfois un peu la tradition !
23.jpg
DSC_4728.jpg
(Photos : Cuzco, entre le 20 et le 26 juin 2009)

26/07/2009

Cuzco, nombril du Monde

01 plaza de armas.jpg
La magnifique Plaza de Armas de Cuzco, avec à gauche la Cathédrale de l'Assomption (1559-1669) et à droite, l'Eglise de la Compagnie de Jésus (1570-1650)
-

La découverte de la ville fut un vrai coup de coeur. Peut-être parce que nous partions du postulat qu'étant le passage obligé pour accèder au Machu Picchu et aux autres sites de la Vallée Sacrée, l'ancienne capitale des Incas ne pouvait être qu'une cité archi-touristique et sans âme... Il n'en est rien.

02 cuzco.jpg
02a.jpg
Arcades autour de la Plaza de Armas
03 cuzco.jpg
(Cuzco, du 19 au 26 juin 2009)
3a.jpg

On ne peut pas faire un pas dans la ville sans être immergé dans son passé. Des églises et des monastère s'égrennent le long des rues dont les fondations et les soubassements sont ceux des anciens palais et demeures incas !

C'est là la première découverte : La ville fut la capitale de l'Empire et cela se voit ! Les principales places, à commencer par l'incroyable Plaza de Armas, sont les mêmes qu'au moment de l'invasion par les conquistadors. Seuls les monuments qui les bordent ont changé, ...comme par exemple la Cathédrale de l'Assomption, construite en lieu et place du palais (détruit pour l'occasion) de l'empereur Viracocha Inca.

La seconde découverte, c'est que l'on se trouve au coeur d'une situation historique sans pareil : Les espagnols qui prennent Cuzco en 1533, c'est un peu comme si le Quattrocento italien avait débarqué directement dans la Rome des 12 Césars ! Deux mondes qui n'ont pas grand choses en commun, ...un choc des civilisations.

04.jpg
04c.jpg
05.jpg
L'eglise de la Compania (Compagnie de Jésus), construite elle aussi sur les fondations d'un ancien palais (celui de Wayna Capac)
06.jpg
Retable de l'Eglise de la Compania
08.jpg
12a.jpg
11.jpg
La cathédrale (au premier plan) et l'Eglise de la Compania
10.jpg
(Cuzco, du 19 au 26 juin 2009)
 
12b.jpg
(Cuzco, du 19 au 26 juin 2009)
13.jpg
13a.jpg

Cuzco (qui vient de Qusqu, ce qui signifie nombril en Quechua) est une ville moyenne (300 000h) où il fait bon vivre. Ses 3300 mètres d'altitude lui confère un climat très agréable d'environ 20° (la journée) tout au long de l'année.

Elle fut, d'après la légende, fondée par Manco Capac (le Premier Inca) et sa soeur-épouse Oqllo, nés tout deux des eaux du lac Titicaca par le pouvoir de Viracocha, le Dieu créateur.

C'était entre le XI et XIIème siècle, soit moins de 500 ans avant l'arrivée des conquistadors ! 

Pendant quatre siècles, La cité fut le coeur religieux, politique et administratif du Tahuantinsuyu (l'Empire Inca) qui s'étendait de l'Equateur jusqu'au Sud du Chili.

Elle fut aussi le lieu de résidence des treize empereurs successifs !

14a.jpg
15.jpg
Cuzco, c'est enfin la magie de ces dizaines de murs incas que l'on découvre au gré de nos promenades et sur lesquels les conquistadors bâtirent leurs églises et leurs Palais.
L'agencement si particulier des blocs, qui n'existe que dans cette civilisation, ne cesse de nous impressionner. Au delà de la qualité de la taille et de la précision de l'execution, il se dégage de ces facades de la force et du mystère.
Pourquoi diable se donner tant de mal : La seul raison qui est avancée, c'est que c'était là le meilleur moyen pour que les constructions résistent aux séismes, fréquents dans la région.
Cela s'est avèré dès les premiers siècles de la Conquête, où la ville espagnole fut plusieurs fois très endommagée (voire pratiquement détruite, comme en 1650) alors que ces murs résistèrent ! 
 

15a pierre a 12 angles.jpg

Ci-dessus, la fameuse pierre aux 12 angles, l'une des plus populaire de Cuzco, à donné son nom à la rue ainsi qu'a l'édifice qu'elle supporte : Hatum Rumiyoc (qui signifie "la grande pierre" en quechua). C'est ici que se dressait le palais de l'Inca Roca vers 1350...
16a.jpg
16b.jpg
18.jpg

Après l'arrivée des espagnols La ville resta quelques temps la plus importante du sous-continent : C'est par exemple à Cuzco que fut établi le premier évêché d'amérique latine qui couvrait à lui seul l'immensité des nouveaux territoires conquis.

20.jpg
(Cuzco, du 19 au 26 juin 2009)

21/07/2009

Tiahuanaco (ou Tiwanaku)

(En avant propos, je m'excuse devant le déferlement de vieilles pierres qui va suivre (j'en connais des allergiques !), mais ces ruines majeures méritaient , à mon humble avis, ce traitement particulier...).

tiahuanaco tiwanaku 0 ponce.jpg
(Tiahuanaco, 17 juin 2009)
tiahuanaco tiwanaku 0a.jpg

Même si cela peut sembler surprenant, c'est uniquement pour visiter Tiahuanaco que j'avais mis (un peu de) la Bolivie au programme de notre séjour : Je ne pouvais me résigner à découvrir le Titicaca sans pouvoir me rendre sur ce site prè-inca situé à seulement une quarantaine de kilomètres après la frontière péruvienne, et à 15 km des rives du lac.

Tiahuanaco, c'est à la fois le nom d'une civilisation qui s'éteignit vers 1000/1200 après JC, mais aussi celui de cette cité (en partie disparue), sa plus prestigieuse réalisation.

DSC_3914b.jpg
Maquette du site que l'on peut visiter, avec en premier plan la pyramide (l'Akapana)
qui prend la forme d'une demie croix inca.
Au second plan, le Kalasasaya (une grande esplanade de 130m de côté)
avec à sa droite le temple "semi-souterrain".
Cette partie, ou se concentre les centres religieux et cérémoniels, a une surface d'environ
 16 hectares, ce qui est peu comparé au 400 hectares de superficie
que comptait l'ancienne cité à son âge d'or !
tiahuanaco tiwanaku 1a.jpg
Le "grand" Kalasasaya et le "petit" Temple semi-souterrain à droite (photo prise depuis le sommet de l'Akapana)
tiahuanaco tiwanaku 03.jpg
Un des murs extérieurs du Kalasasaya
tiahuanaco tiwanaku 01b.jpg
Au moment de la découverte du site, seuls les grands piliers vertcaux étaient en place (les pierre plus petites avaient en effet servi pour d'autres constructions, parfois même jusqu'à la Paz !)
Les pierres ainsi dressées faisaient penser à des sortes de menhirs...
-

Comme pour d'autres post, j'ai fait quelques recherches sur le Net et j'ai été de nouveau effaré par toutes les approximations que j'ai pu y lire, et qui frisent parfois le délire ! Les infos sont trop souvent relayées par des copier/coller et magnifiées à l'occasion...

Ceci pour deux raisons principales : La première, c'est qu'il y a encore beaucoup de choses à découvrir sur toutes les anciennes civilisations sud-américaines (Nazca, Paracas, Moche ou Mochicas, Chimu, Wari, Tihuanaco,... et tant d'autres). Elles ont existé pour certaines simultanément, et parfois, au cours de leur histoire, l'une à pris le dessus sur l'autre.

La civilisation Inca est comme la cerise sur le gateau ; Elle a supplanté en moins de 300 ans toutes celles qui l'entouraient, en récupérant au passage les savoirs de chacune, que ce soit dans les domaines de l'agriculture, de la construction, de l'astronomie et des mathématiques, etc... 

Il y a moins de 30 ans, d'aucun aurait gloussé quant à l'existence de pyramides (à degrés) au Pérou ou en Bolivie. On en trouve maintenant par dizaines : De Lima, à Chavin, en passant par Trujillo ou Lambayeque, et bien entendu Tiahuanaco ! On sait moins de choses aujourd'hui sur toutes ces civilisations que l'on en connaissait sur l’Égypte à la fin du XIXe ! Cela est du à la fois à des découvertes tardives, à l'instabilité dans la région au cours du XXe siècle, au peu d'intérêt porté par la communauté internationale et enfin par un manque flagrant de liquidités que ces pays destinent à des priorités plus urgentes...

Mais les choses changent et de nombreux chantiers voient le jour un peu partout, y compris dans les sites déjà connus, comme ici même par exemple...

La seconde raison pour laquelle les infos les plus farfelues circulent à propos de Tiahuanaco découlent directement de la première : A défaut d'informations avérées, il est tentant d'extrapoler et de laisser l'imagination faire le reste : On y retrouve pêle-mêle des histoires d'hommes blancs ressemblant à des apôtres du Christ, des péruviens colonisant la Polynésie, la dernière tribu d'Israël, des représentations d'animaux disparus il y des milliers d'années, des extraterrestres, des rescapés de l'Atlantide et j'en passe...

Quelques pages du Net pour vous donner une idée : (version soft) ; (version plus délurée) ; (version joyeusement trash !)

tiahuanaco tiwanaku 05 ponce.jpg
Le Monolithe de Ponce, du nom de son découvreur, trône au mileu du Kalasasaya. Il pése 12 tonnes et fut mis à jour en 1957. 
DSC_3935bn.jpg
Le corps est entièrement gravé (détail du dos).
tiahuanaco tiwanaku 06 ponce.jpg
tiahuanaco tiwanaku 08.jpg
Dans le coin Nord-Est se trouve la Porte du Soleil, taillée dans un seul bloc de 3m sur 5m. Elle est surtout réputée pour sa frise dont on ignore toujours la signification symbolique. Les archéologues sont pourtant généralement d'accord en ce qui concerne le personnage central : Il s'agirait de Tunupa (Tonapa), divinité cosmique de la foudre, et peut-être l'ancêtre de Viracocha, le "Dieu créateur" des Incas.
-
 
tiahuanaco tiwanaku 10 porte du soleil.jpg
tiahuanaco tiwanaku 11 porte du soleil.jpg
On pense aussi que la porte, placée face au soleil levant, était utilisée à des fins astronomiques. 
tiahuanaco tiwanaku 12 porte du soleil.jpg
DSC_3963bb.jpg
Les "serviteurs" ailés (détail de la frise)...
tiahuanaco tiwanaku 14 porte du soleil.jpg
La porte, côté ouest

On partira donc du postulat qu'on ne sait décidément pas grand chose, à commencer par la datation de la cité. La majorité des archéologues la situe entre 100 et 1100 de notre ère, avec un âge d'or aux alentours de 600/800. Les plus téméraires avancent des dates de 17000 avant JC. Idem pour la population qui varie de 20000 à 100000 habitants selon les uns ou les autres.

L'autre problème rencontré ici comme sur beaucoup de site à travers le Monde (Mari, Louxor, Pétra,...), tient à ce que seules les constructions cérémonielles étaient construites en pierre, le reste de la cité se contentant au mieux de briques crues, et plus souvent de torchis et de bois... 

Enfin, aucune de ces civilisations n'avaient développé de formes d'écriture, même si les incas n'en étaient plus très loin...

 

tiahuanaco tiwanaku 15.jpg
Au coin Sud-Est du Kalasasaya, se trouve le Monolithe "El Fraile" (le moine) qui pourrait représenter le dieu du soleil Tiki.
tiahuanaco tiwanaku 16 el fraile.jpg
Comme pour les trois monuments du Kalasasaya, des ouvriers s'activaient ce jour là pour leur offrir de nouvelles protections disgracieuses (mais surement nécessaires) !
tiahuanaco tiwanaku 18 el fraile.jpg
tiahuanaco tiwanaku 17 el fraile.jpg
tiahuanaco tiwanaku 75.jpg
De très nombreuses ruines sur le site...
tiahuanaco tiwanaku 77.jpg
... dont beaucoup sont en cours de restauration.
tiahuanaco tiwanaku 76.jpg
tiahuanaco tiwanaku 79.jpg
Des croix incas...
tiahuanaco tiwanaku 80.jpg
Archéologues au travail...

On ne peut dissocier Tiahuanaco du peuple Aymara, dont c'était la capitale, ni de la langue aymara qui fut très certainement celle des incas (le quechua étant un sous groupe). L'aymara est encore parlé par environ 2 millions de personnes, essentiellement en Bolivie...

tiahuanaco tiwanaku 31a.jpg
Le temple semi-souterrain, avec en second plan le Kalasasaya et le Monolithe de Ponce
tiahuanaco tiwanaku 30.jpg
Enfoui à quelques 2 mètres en dessous du sol, le temple a environ 28m de côté.
tiahuanaco tiwanaku 32.jpg
tiahuanaco tiwanaku 33.jpg
172 têtes anthropomorphes sont alignées le long des murs. On retrouve presque les mêmes dans une autre civilisation dont le site principal, Chavin de Huantar, se trouve à plus de 1200km à vol d'oiseau ! (Voir ICI)
tiahuanaco tiwanaku 35.jpg
tiahuanaco tiwanaku 34.jpg
tiahuanaco tiwanaku 37 akapana.jpg
Il ne subsistait presque rien de la pyramide originale de prés de 200m de long et 17m de haut. Les archéologues tentent d'en reconstituer les 7 degrés.
tiahuanaco tiwanaku 41 akapana.jpg
tiahuanaco tiwanaku 60 bennet.jpg
Le Monolithe de Bennet, également du nom de son découvreur est maintenant à l'abri, seul dans le grand musée plutôt vide qui jouxte le site. L'impressionnante statue de 7,30m pour 20 tonnes fut déterrée en 1932 au beau milieu du Temple semi-souterrain. On imagine qu'elle faisait face à l'origine à l'autre monolithe situé au centre du Kalasasaya...
On la déplaça en 1935 jusqu'à La Paz, près du stade National, avant un retour sur ses terres en 2002.
 
tiahuanaco tiwanaku 70 puma punku.jpg
le Puma Punku se situe à environ 1km des autres ruines. Il semble que ce soit également un centre cérémoniel, bien que certains professeurs avancent une autre hypothèse : il pourrait s'agir d'anciens quais !
Pour ce faire, il faudrait que le lac fût tout près, ce qui était le cas il y à ...  17000 ans !
Ces mêmes professeurs trouve là le moyen d'expliquer que les énormes pierre de plus de 100 tonnes du site auraient pu être acheminée au gré des crues du lac...
Tiens ça me rappelle le Nil et les pyramides !!! :)
tiahuanaco tiwanaku 71 puma punku.jpg
tiahuanaco tiwanaku 73 puma punku.jpg
(Tiahuanaco, 17 juin 2009)
tiahuanaco tiwanaku 72 puma punku.jpg
tiahuanaco tiwanaku 74.jpg
Je suis persuadé que les prochaines années nous promettent encore de belle découvertes à Tiahuanaco !!!
tiahuanaco tiwanaku 81.jpg
(Tiahuanaco, 17 juin 2009)

20/07/2009

Rurrenabaque

 
rurrenabaque 00.jpg
(Rurrenabaque, 16 juin 2009)

Rurrenabaque (ou Rurre pour les intimes !) est à la Bolivie ce que Puerto Maldonado est au Pérou : La porte presque incontournable pour ceux qui souhaitent se rendre dans la partie amazonienne de l'un de ces deux pays...

Si Puerto Maldonado est une petite ville (30000 habitants), Rurre (et ses 5000 habitants) n'est encore qu'un gros bourg, et c'est d'ailleurs ce qui fait tout son charme. Le temps semble ici s'être arrêté. Il y a bien sûr quelques hôtels ainsi que des agences pour proposer les différents circuits de la région, mais ils se fondent plutôt bien dans le paysage...

rurrenabaque 01.jpg
rurrenabaque 03.jpg
rurrenabaque 06.jpg
Un village décidément bien animé !
rurrenabaque 05.jpg
rurrenabaque 07.jpg
rurrenabaque 08.jpg

En fait Rurre est l'endroit parfait pour faire un break entre deux escapades. Le lieu est propice aux grasses matinées et aux après midi de farniente, affalé dans un hamac ... avec éventuellement une bière à la main.

Nous y resterons d'ailleurs un jour de plus que prévu, un peu forcé tout de même, car le départ de notre avion (le seul de la jounée évidemment !) était reporté au lendemain...

(Dans la série "il faut être prévoyant" , sachez qu'il n'y a qu'à Rurre où nous ne pourrons pas changer nos euros, et encore moins trouver un distributeur automatique !)

rurrenabaque 09.jpg
(Rurrenabaque, 16 juin 2009)
rurrenabaque 10.jpg
Des rues "au carré" ou les véhicules sont rares...

Nous avons profité de ce temps libre imprévu pour faire un petit tour sur les hauteurs qui dominent le village, et découvrir d'un côté les montagnes et de l'autre l'immensité de la plaine baignée par le rio Beni, dont les eaux rejoindront l'Amazone à 2000 km de là... 

rurrenabaque 11.jpg
(Rurrenabaque, 16 juin 2009)
rurrenabaque 12.jpg
 
Ajout de 2016 : Un compatriote de Buenos Aires a monté son agence spécialisée sur les excursions en Amazonie Gayatrek.com, il propose des trekkings au départ de Rurrenabaque, dans le Parc Madidi...
 
rurrenabaque 13.jpg
A gauche : Ancienne pirogue, taillée d'une pièce dans un tronc de bois
A droite : La croix qui surplombe le village
rurrenabaque 14.jpg
Soirée "cartes et Pisco" avec des compatriotes rencontrés lors de notre trip "pampa"
De gauche à droite :
Delphine et Anthony (les biscottes volantes)
Marion et Geoffroy (les pieds sur Terre)

18/07/2009

Sur le rio Yacuma, au coeur de l'Amazonie bolivienne

DSC_3794bbb.jpg

J'ai longtemps hésité sur la façon de vous proposer un petit résumé de ces trois jours d'immersion au coeur de la pampa bolivienne, au nord du parc de Madidi ; En effet, il n'était pas aisé de "saucissonner" ce séjour tant j'en garde un souvenir "global" ; Je ne me voyais pas non plus vous affliger des fiches individuelles sur chaque espèce animale rencontrée ! ; Il n'y aura donc qu'un seul post, en espérant que la pléthore de photos qui va suivre ne sera pas redhibitoire...

amazonie 01.jpgComme il est impossible de se rendre seul dans ces contrées sauvages, nous sommes bien évidemment passés par une agence locale. Ce n'est pas difficile de se décider quant à laquelle choisir, car elles proposent toutes, peu ou prou, le même périple. La seule question qui se pose en fait, c'est de savoir si l'on va choisir le trip "pampa" ou le trip "selva". Le premier se déroule principalement sur le rio Yacuma, dans un environnement moyennement boisé qui permet de découvrir assez facilement les nombreux animaux. Le second est une plongée au coeur de la fôret amazonienne, au plus près de toutes ces petites bébêtes qui nous font généralement flippées, mais aussi largement axé sur la vie des populations indigènes ainsi que la découverte d'une multitude de plantes médicinales qu'utilisent ces derniers depuis la nuit des temps...

Comme il n'existe malheureusement pas un "mix" des deux, nous choisirons finalement, et comme une majorité de visiteurs, la Pampa...

amazonie 03.jpg
amazonie 03b.jpg
(Santa Rosa, 13 juin 2009)
amazonie 00.jpg
(Santa Rosa, 13 juin 2009)
amazonie 04.jpg
(Santa Rosa, 13 juin 2009)
amazonie 05.jpg
amazonie 06.jpg

Pendant ces trois jours, nous allons voir des centaines d'animaux (en toute liberté, il va de soit), certains une seule fois et d'autres tout les 25 métres : Mis à part certains oiseaux, la palme de l'espèce omniprésente revient sans doute aux caïmans et aux alligators que je ne m'attendais pas à découvrir en si grand nombre ! (Les deux font partie de la même espèces, les alligatoridés, et malgré quelques différences , je n'arrive toujours pas à vraiment les différencier...) Au troisième jour, nous nous contenterons de les montrer du doigt sans songer un instant à se jeter sur l'appareil photo ! ... Quand le caïman devient banal... :)

DSC_3318.jpg
amazonie 07 caiman.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 08 caiman.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 09 caiman.jpg

Ce voyage le long du fleuve est d'une grande sérénité, nos découvertes apparaissant au rythme lent de notre embarcation, à chaque coude du rio, . Ce voyage, ce sont aussi des bruits , des cris et parfois même des silences. C'est le mystère de cette forme entre-aperçue au sommet d'un arbre ou derrière un buisson ; C'est la surprise de cet échassier qui passe juste au dessus de nos tête ; C'est l'inquitant regard d'un caïman qui pointe à peine hors de l'eau...

amazonie 10 dauphin rose.jpg
Des dauphins roses, également appelés boto ; Malgré d'innombrables tentatives, je n'arriverais qu'à photographier que des dos mais jamais le début d'un rostre !!!
amazonie 11 caiman.jpg
Charmantes bêtes à l'affût...
amazonie 12 caiman.jpg
(13 au 15 juin 2009)
 
amazonie 13 caiman.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 14.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 15.jpg
Beaucoup d''oiseaux pêcheurs sèchent leurs plumes entre deux plongées...
amazonie 16.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 17.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 18.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 19.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 20.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 21.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 22.jpg
Une petite dizaine d'écolodge se succèdent le long du fleuve...
DSC_3597.jpg
amazonie 23.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 24.jpg

Ce voyage, ce sont enfin des rencontres : Les heures passées sur la pirogue, les repas pris en commun, les baignades, les nuits en dortoirs (ainsi que quelques bières !) ont soudé pour quelques jours, et pour notre plus grand plaisir, notre groupe improvisé (d'au moins 6 nationalités !).

amazonie 25.jpg
Un bébé anaconda au pied du lodge
amazonie 26.jpg
Le soir venu, petite promenade à la recherche de caïmans dont les yeux rouge-orangés percent dans la nuit. Notre guide mettra quelques minutes à attraper ce bébé
amazonie 27.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 28.jpg
amazonie 29.jpg
amazonie 30.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 31.jpg
amazonie 32.jpg
Parfois difficile à apercevoir (comme ci dessus, derrière un fourré), voici le capybara, le plus grand rongeur du monde. Il peut peser jusqu'à 65 kg !!!
amazonie 33.jpg
amazonie 33a.jpg
(13 au 15 juin 2009)
DSC_3435.jpg
amazonie 34.jpg
Nous mettons pied à terre. Notre mission ce matin : Trouver des anacondas au milieu de ces marécages. Après deux heures de vaines recherches, c'est evidemment notre guide qui découvrira le seul spécimen (bien caché) de la matinée !
amazonie 35.jpg
amazonie 36.jpg
On s'attendait évidemment à quelque chose de plus "volumineux", sachant que l'anaconda mâle peut mesurer jusqu'à 9 mètres de long ! Mais bon, il faudra s'en contenter :)
amazonie 38.jpg
amazonie 39.jpg
DSC_3486.jpg
amazonie 37.jpg
L'anaconda est un serpent constricteur et n'est donc pas vénéneux. Il se contente d'attraper sa proie à l'aide de sa puissante machoire avant de l'entraîner sous l'eau pour la noyer ! 
Charmant, non !   :) 
amazonie 40.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 41.jpg
On va peut être pas s'approcher trop près : Cette fois je suis sur la terre ferme et pas à l'abri sur la pirogue !
amazonie 42.jpg
amazonie 43.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 44.jpg
Une espèce de porc épic arboricole...
amazonie 45.jpg
amazonie 46.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 47.jpg
amazonie 48.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 49.jpg
Saïmiri, ou singe-écureuil
amazonie 50.jpg
amazonie 51.jpg
Saïmiri, ou singe-écureuil
amazonie 52.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 53.jpg
amazonie 53a.jpg
amazonie 54.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 55.jpg
De la famille des hibous ???
amazonie 57.jpg
amazonie 56.jpg
amazonie 59.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 59a.jpg
Nous passerons une bonne heure à nager au milieu des dauphins roses... et à seulement quelques dizaines de mètres de reptiliens moins avenants !
Le guide nous assure qu'il n'y a aucun danger (?)
amazonie 59ca.jpg
Un dauphin rose au premier plan !
L'eau est rouge de limon et donc absolument pas transparente. Quand un de ces cétacés vient vous frôler le dos ou la pointe des pieds, on n'est quand même qu'à moitié rassuré !
 
amazonie 59d.jpg
Mais bon, je l'ai fait !!!
amazonie 60.jpg
Pour ce qui est de jouer à Tarzan dans ces eaux troubles, je laisse la place aux plus jeunes :)
amazonie 61.jpg
amazonie 62.jpg
L'eau du petit-dej chauffe au feu de bois : La bonbonne de gaz est vide et le premier revendeur se trouve à plusieurs heures !!!
amazonie 64.jpg
amazonie 65.jpg
Une des dernières "activités" de notre séjour : La pêche au Pyranha !
Un petit morceaux de poulet au bout de la ligne suffit...
amazonie 66.jpg
C'est ce qu'on appelle des dents acèrées !
amazonie 67.jpg
Ca c'est pour rire....
amazonie 68.jpg
... car c'est définitivement meilleur une fois grillé :)
amazonie 69.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 70.jpg
amazonie 71.jpg
amazonie 73.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 74.jpg
amazonie 75.jpg
amazonie 76.jpg
amazonie 77.jpg
Discret, ... très discret !
amazonie 78.jpg
amazonie 97.jpg
Photo (de cet excellent) souvenir à la fin du voyage...
amazonie 98.jpg
(13 au 15 juin 2009)
amazonie 99.jpg
 
Ajout de 2016 : Un compatriote de Buenos Aires a monté son agence spécialisée sur les excursions en Amazonie Gayatrek.com, il propose des trekkings au départ de Rurrenabaque, dans le Parc Madidi...